samedi 7 avril 2012

LECTURE : À l'abri de rien d'Olivier Adam


Le roman À l'abri de rien d'Olivier Adam, publié initialement aux éditions de l'Olivier, est disponible en format de poche, aux éditions Points.



Une prose où l'on sent le personnage principal à bout de souffle, notamment avec des énumérations sans virgules lorsqu'il s'agit de nommer tous ces magasins du centre commercial où les achats ne peuvent de toute manière pas se faire, parce que le chômage, parce qu'un salaire bas, parce que la misère. Et pourtant, existe une plus grande misère que cette petite vie pavillonaire où les femmes s'ennuient, après avoir épousseté leurs meubles, comblent le vide en parlant de leurs enfants, et cette misère plus grande se côtoie mais on détourne les yeux des « Kosovars », nommés ainsi sans distinction réelle d'origine puisqu'ils viennent aussi bien d'Afghanistan, du Pakistan, du Soudan...

- Pourquoi tu crois qu'ils l'avaient ouvert ce putain de centre à la Croix-Rouge ? Il y en a des centaines, Marie.
Je n'ai pas répondu. Qu'est-ce que j'aurais pu dire ? Jamais je n'avais réfléchi à ces choses. (page 91)

Marie passe d'un univers à l'autre, sa famille avec son mari Stéphane si sensé et ses deux enfants, les réfugiés avec la distribution des repas, le dispensaire, l'accueil de nuit dans la maison d'Isabelle quand il fait trop froid alors même que cette aide apportée est illégale. Marie et sa famille sont confrontés au regard, aux critiques des autres. Marie est confrontée à l'opposition de son mari. Elle abandonne sa vie familiale, trouve une raison de vivre dans cet au-dehors, dans la chaleur d'une soirée où l'on chante et où l'on danse alors que le lendemain peut-être les réfugiés sont interceptés alors qu'ils tentent de fuir vers l'Angleterre, tabassés, humiliés...

- Nicolas il dit qu'il t'a vue avec les réfugiés, à midi.
 Sa voix n'était qu'un murmure posé sur le silence et les embardées du dehors. J'ai serré ses mains tout contre mon ventre, ses bras m'enlaçaient et il a enfui son visage dans mon cou.
 - Il dit ça, Nicolas ?
- Oui, et aussi que maintenant je vais avoir des maladies et qu'ils vont venir tout voler chez nous et aussi qu'ils vont te faire du mal.
- Il dit ça aussi ?
- Oui.
- Eh ben tu lui diras que c'est un petit con.
- C'est ce que je lui ai dit.
- C'est bien.
Je me suis retournée et son visage d'écureuil inquiet touchait le mien. Ses yeux fiévreux luisaient comme des flaques.
 - Mais c'est vrai ? il a demandé.
- Quoi ?
- Que tu donnes de la soupe aux réfugiés ?
- Tu le dis pas à papa ?
- Non.
- Alors c'est vrai.
- Pourquoi faut pas le dire à papa ?
-Parce que je crois que ça lui plairait pas. Allez on dort, fais-moi un bisou. (pages 120-121)

Que l'on ne s'y trompe pas, le personnage de Marie, narratrice, n'est pas du côté des opprimés contre ceux qui oppriment. Pas de manichéisme dans ce roman. Chacun est composé de bons et de mauvais sentiments, de courage et de lâcheté. 


jeudi 5 avril 2012

PUBLICATION : Le Candauliste, nouvelle érotique

Le 10 avril sera publiée aux éditions Dominique Leroy la nouvelle érotique que j'ai écrite, Le Candauliste. Une publication numérique dans la jeune collection e-ros qui sera vendue 1,29€, téléchargeable en plusieurs formats et dépourvue de DRM.



Un premier avis de lecture, sur le blog de Guillaume Perrotte, romancier : "Coup de cœur pour ce très beau texte de Jean-Philippe Ubernois, à la fois très érotique et cérébral". L'article est à lire à cette adresse : http://www.perrotte-guillaume.com/article-mes-lectures-hot-le-candauliste-102872015.html

Deuxième avis de lecture sur le blog d'Isabelle Lorédan, nouvelliste : "Un style fluide, un vocabulaire riche et maîtrisé, une crudité certaine sans pour autant que l’histoire ne sombre dans le glauque et le sordide." L'article se trouve à cette adresse : http://isaloredan.wordpress.com/2012/04/08/le-candauliste-jean-philippe-ubernois/

Un autre avis de lecture sur le webblog Ombres et Caresses :  "Une belle écriture, simple et précise,  pour une histoire sous forme de témoignage, avec des personnages crédibles, humains, attachants." : http://ombres-et-caresses.erog.fr/article-le-candauliste-104236490.html

Avis de lecture de Camille Arman qui a gentiment accepté que je le reproduise ici :


LE CANDAULISTE de Jean-Philippe Ubernois
Par Camille Arman
Pas  toujours évident de commenter un récit érotique… Celui-ci aura eu le mérite de me faire réviser Hérodote !
Sa lecture me laisse ….sans laisse !
Indéniablement, la langue est belle (bon !), les phrases relativement bien troussées… malgré un vocabulaire, qui, de par sa nature-même tourne, un peu, en boucle (no comment !).
Les situations, diverses et variées, quoiqu’obéissant au même scénario de base, sont décrites sans lourdeur. Leur but étant d’être appétissantes, elles l’atteignent souvent.
Il est nécessaire d’abandonner tout  jugement moral, moralisant, moralisateur, pour goûter quelque peu à ce fruit…. défendu.
L’entreprise est hasardeuse en ce domaine et, pour tout dire, souvent ennuyeuse. Ce n’est pas le cas ici, donc pari réussi, Jean-Philippe Ubernois !



Un avis de lecture d'Ysalis KS sur le site La Bauge de Tom : "Quant à l’écriture, j’ai envie de dire que je l’ai trouvée belle. Simple mais précise, et c’est ça qui en fait la beauté. L’auteur alterne efficacement les réflexions du narrateur et les scènes où l’action prédomine. Ce témoignage semble être écrit afin que nous accompagnions cet homme dans son initiation." http://postlucemtenebrae.eu/?p=3464